samedi 18 août 2012

v(ert) • v(acances)




 






Le temps a fini par passer.
Ce soir je prends le train pour Paris.
Lundi l'avion pour San Francisco.
Je vous laisse avec mes plantes.
Prenez soin de vous.
Je suis tellement heureuse. 








jeudi 16 août 2012

n°8









Lorsque Deborah me disait, il y a quelque semaines, que le livre de Véronique Ovaldé, Ce que je sais de Vera Candida, était vraiment agréable à lire j'avais du mal à complètement la croire. Je crois que le fait d'avoir le visage de l'auteure sur la couverture me refroidissait un peu (c'est tout de même fou les à priori). 
J'ai tout de même était intrigué par ce qu'elle pouvait m'en dire et je lui ai emprunté. Quelle bonne idée!
Ce que je sais de Vera Candida est un roman, un vrai. Un de ceux que l'on glisse dans la valise lorsque l'on part quelques jours à la campagne. Un de ceux qu'on ne peux s'arrêter de lire qu'à la dernière page. 
Véronique Ovaldé construit une île, construit des femmes et leur distin, construit des mythes.

Je pense maintenant chercher ses autres livres pour voir si la magie opère encore. 
Par contre, je ne comprendrai jamais pourquoi un éditeur choisi de gâcher une couverture avec une photo (vraiment pas terrible) de l'écrivain. Ce détail à  failli me faire passer à côté d'un très bon moment de lecture. 


j-4 








lundi 13 août 2012

n°7







Je choisi souvent un livre par sa couverture, par la quatrième. Des mots comme "la quête du père", "la voix profonde du Mexique", "entre la mémoire et l'oubli" m'ont fait choisir Pedro Paramo de Juan Rulfo.
Hélas, je pense être passé à côté de cette lecture. 
À certains moments, je me sentais transporté à la rencontre et la découverte de cet homme, Pedro Paramo et, à travers lui, à la découverte des Hommes. 
Mais ma lecture fut laborieuse. Je pouvais lire plusieurs pages et réaliser que je n'avais aucune idée de ce qu'elles pouvaient raconter. Contrairement à beaucoup de mes lectures, celle-ci demande, il me semble, une "culture littéraire", une certaine maturité que je ne pense pas avoir pour le moment. 
Je pense garder ce livre proche de moi pour pouvoir le relire dans quelques mois, quelques années peut-être. 








dimanche 12 août 2012

la mouche • cacahuète

 
 
 







Association d'idées, de mots, d'images.
Cacahuète.
Ma cacahuète.
Le jeu de la cacahuète. J'aimerai bien y rejouer. 










vendredi 10 août 2012

ø







"Elle espérait que cet homme lui permettrait de porter dess jupes au-dessus des chaussures pour qu'elle n'ait pas besoin de raccommoder si souvent les ourlets."
La fin Salvatore Scibona 








jeudi 9 août 2012

j-10








Premier départ. Premier voyage. Premier vol.
Dans 10 jours j'embarque avec Lola pour les Etats-Unis, pour San Francisco. 
Maintenant que les passeports sont faits, que les billets sont pris, que le document Esta est en règle, que l'auberge de jeunesse est réservée je peux commencer à préparer ce voyage. À le rêver. 
Un baptême de l'air. J'ai peur un peu. Peur de l'aéroport plus que de l'avion. 

Si vous êtes déjà allés en Californie, et plus particulièrement à San Francisco, vos adresses, bons plans, souvenirs sont les bienvenus.

Une chose est certaine, ce sont ces trois appareils qui enregistreront ce qui nous attend là-bas. 







lundi 6 août 2012

gingembre confit








Il y a quelque temps, ma voisine a trouvé le joli livre Fait Maison, La petite épicerie home made des éditions Marabout. 
Je savais que je ne pouvais pas lui emprunter car jamais je n'aurai pu lui rendre tellement il est beau. Je me le suis donc offert (et j'en ai pris un pour mes parents au passage car, dedans, il y a une recette pour faire son propre saucisson et je m'imagine déjà à noël entrain de manger le saucisson maison...).

Jeudi, je me suis lancé dans le gingembre confit. La recette proposée est particulièrement simple et je suis plutôt contente du résultat. Du fait maison comme je l'aime. Un peu bancal. 

J'espère trouver vite le temps pour faire mon fromage de chèvre, mon beurre, mes pâtes, mes langues-de-chat, mes oranges et citrons confits...  





jeudi 2 août 2012

vert•violet










À Toulouse, j'ai découvert le plaisir du marché. Prendre le temps de regarder les étals de légume, de parler avec les maraichers, de goûter les fruits, d'imaginer ce que je vais me cuisiner, regarder et découvrir. 
Les fruits et les légumes étant la base de mon alimentation, une fois par semaine, ma journée commence par ce petit moment de douceur. Moment d'autant plus agréable l'été lorsque le soleil commence déjà à chauffer.   

Passez une belle journée.