jeudi 28 février 2013

ces livres












Dernièrement je pensais aux livres qui avaient changé tant de choses dans ma vie. À ces livres qui m'avaient bouleversés à leur lecture puis hantés des jours, des mois plus tard. Je sais que je ne serai pas telle que je suis aujourd'hui sans certain livre. Sans certain auteur. Je sais aussi que d'autres viendront encore tout chambouler, tout transformer et je pense que c'est pour ça que j'aime tant me plonger dans la lecture. Chaque page lu rend possible une certaine transformation. 
En regardant la photo de groupe je me rends compte qu'il y manque un ou deux exemplaires de Simone de Beauvoir, Dalva de Jim Harrison et bien sur Bleu presque transparent de Murakami Kyu (qui a bercé mon adolescence).

Je vous avez présenté avec plus ou moins de détail Les Voix du Pamano de Jaume Cabré et Visage Retrouvé de Wadji Mouawad et je prendrais sans doute un jour le temps de vous parler de W.G Sebald et de la superbe analyse que fait Muriel Pic de son travail.

Aujourd'hui je voulais simplement vous montrer le livre le plus important à mes yeux. Aloyse et l'écuyer du roi de M. Perroy n'est pas un grand livre. Les illustrations de cette edition sont très belle mais l'histoire reste très "jeune fille" à mon goût. Il n'empêche que c'est dans ce livre que mes parents ont trouvé mon prénom. Ce prénom simple et surprenant à la fois. J'aime penser à la Aloyse du roman. J'aime voir à quel point elle est éloigné de ce que je suis et pourtant si proche de moi.

N'hésitez pas à partager ici ces livres qui ont tout changés pour vous. 












5 commentaires:

  1. oh pour moi il y aurait aussi Dalva et Bleu presque transparant, A la recher du temps perdu de Proust, tout les Jim Harrison, L'insoutenable légèreté de l'être de Kundera, Cent ans de solitude de Gabriel Garcia Marquez, et certaines oeuvres de Barjavel et vian (notamment La nuit des Temps et J'irai cracher sur vos tombes)

    :)
    bonne journée!

    RépondreSupprimer
  2. C'est horrible comme rien ne me vient en tête. Mais je peux citer Joyce Carol Oates et Jonathan Coe, je ne sais pas s'ils ont été les plus marquants mais j'ai dévorés leurs livres. Notamment Testament à l'Anglaise, de Coe, et Les Chutes de Oates! Il faut que prenne des notes ou que je me pose devant ma bibliothèque et celle de mes parents, parce qu'il y en a un bon nombre que j'oublies.

    RépondreSupprimer
  3. Il y a bien des livres qui ont rythmé ma vie ... je relis régulièrement les Jane Austen, qui me font vibrer - non pas de romantisme - mais de constat bien acerbe et sans artifice de la place étriquée d'une jeune fille/femme à cette époque même. Il me vient 3 livres pourtant, qui surpassent, dans mes souvenirs de jeune fille tous les autres - Si le grain ne meurt de Gide (quelle vibrance !!), Enfance&Adolescence de Tolstoï (et oui il n'a pas écrit que des choses indigestes, quelle jeunesse dans ce livre) et une page d'amour, de Zola ... que j'ai versé de larmes en comprenant le chagrin et l'abandon de la vie, de Jeanne "petit figure de chèvre" .... Merci pour ce revival littéraire, je file travailler !

    RépondreSupprimer
  4. C'est un article très intéressant! C'est marrant que tu cites ce bouquin "homonyme" comme un livre qui t'a marqué, j'ai vécu la même chose. J'ai lu très jeune Les malheurs de Sophie (je m'appelle Sophie, by the way), et je me suis très fortement identifiée à cette chipie qui enchaînait les bêtises. J'étais la même peste qu'elle, mais le fait qu'elle ait existé, dans un livre, légitimait mes actes... Sophie m'a toujours attendrie, je comprenais son désarroi derrière ses bêtises, elle manquait d'amour, se sentait rejetée, et je suis passée par ces stades là comme elle. Je me sentais hyper proche de ce personnage. J'ai lu tous les romans de la Comtesse de Ségur entre 7 et 10 ans, ça m'a beaucoup marquée. Je pense que ça explique en partie mon amour pour le 19ème siècle, Jane Austen, les classiques... J'ai toujours eu un penchant pour cette période où on était bien élevé, les hommes étaient de véritables gentlemen et les femmes des oies blanches effarouchées... j'adore!
    En passant, je trouve ton prénom super joli, depuis le début. Je me doutais que ça avait un rapport avec les fabliaux du Moyen Age. :-)
    Bon week end!

    RépondreSupprimer
  5. Je laisse un petit message ici avant de continuer la visite de ton (chouette) petit blog..
    Je viens de terminer Le chœur des femmes de Martin Winckler, ce livre est incroyable. Il m'a réellement captivé du début à la fin. Il fait réfléchir, mûrir.
    Je te le conseille si tu ne l'as pas encore lu..

    :)

    RépondreSupprimer