samedi 18 janvier 2014

le goût de la gingérine







Il y a certains détails dans ma vie qui montre que j'ai été élevé en Provence. La confiture de gingérine fait partie de ces détails. 
"Gingérine".
Un mot bien particulier, une couleur proche d'un miel bien doré, un goût que je détestais étant plus jeune. 
La gingérine c'était comme le café ou les endives, particulièrement désagréable lorsqu'on est enfant.  Je ne comprenais vraiment pas comment on pouvait aimer ce goût. Je pensais que les adultes mentaient lorsqu'ils se léchaient les babines après en avoir mangé à la cuillère. Et puis un jour, comme pour le café et les endive, j'ai trouvé ça bon. Mais vraiment bon. Un parfum subtil, une amertume à peine prononcée, une douceur de confiserie.    
Je ne sais pas bien à quel moment la sensibilité de mon palais s'est transformé mais je suis bien contente de ne pas être passé à côté d'une telle confiture. 











4 commentaires:

  1. Je ne connais pas du tout, ça m'intrigue beaucoup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allez passe à la maison on se fera des tartines!

      Supprimer
  2. Je comprends exactement ce que tu veux dire pour les endives et le café mais je ne connais pas du tout la gingérine ... c'est un fruit ? (je suis de Picardie hein)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça ressemble à une grosse pastèque mais dedans c'est plus proche d'une courge. Dit comme ça, ça donne pas envie mais le simple fait de te répondre me donne envie de descendre m'en prendre une énorme cuillère!

      Supprimer